29-6-2012 05:05 | Par COR 560, www.belga.be

Un Verviétois qui avait obligé ses fils à coucher avec leur soeur écope de 8 ans

Le tribunal correctionnel de Verviers a condamné vendredi un Verviétois de 47 ans à une peine de huit ans de prison ferme pour attentats à la pudeur et viol sur sa propre fille, âgée aujourd'hui de 14 ans. Les faits ont débuté alors qu'elle était âgée de 5 ans. Il a également obligé ses fils à entretenir des relations sexuelles avec leur soeur.


Le tribunal a stigmatisé l'extrême gravité des faits, la sordidité des ceux-ci mais aussi l'amoralité du prévenu "usant ses enfants comme des outils destinés à le satisfaire". Le tribunal a aussi relevé l'absence de prise de conscience du caractère hautement odieux des faits dans le chef du prévenu. Le tribunal a réfuté l'argumentation de la défense concernant une éventuelle cabale de la mère, les contacts avec les enfants étant peu fréquents et ces derniers n'étant nullement influençables. Le tribunal a aussi souligné l'enracinement de la victime pour la région de Verviers et le contexte de dévoilement des faits. Le tribunal a retenu, pour forger sa conviction face aux dénégations du prévenu, les révélations, faites par la victime elle-même en 2003, 2005 ou encore 2009, dénonçant des faits similaires, à chaque fois suivis de rétractations mais aussi les déclarations des enfants, les expertises psychologiques et le rapport du légiste. Le dossier a démarré en juin 2011 lorsque les deux frères de la victime décident de se confier à l'école. Ils expliquent que leur père a entretenu des relations sexuelles avec leur soeur et qu'ils ont dû, eux aussi, faire l'amour avec elle. Ils confirmeront cette version lors de leur audition vidéofilmée, le prévenu niant tout au long de l'instruction de ce dossier tout acte sexuel sur sa fille.

Skype
1Commentaire
30-06-2012 10:09
avatar
Veritable ****rie !
C est 30 ans de prison que cette ordure merite !!

Signaler
Aidez-nous à maintenir la qualité de la communauté en nous signalant tout contenu inapproprié ou illégal. Si vous pensez qu'un commentaire n'est pas conforme au code de conduiteCode de conduiteS'il vous plaît, utilisez ce moyen pour avertir les modérateurs. Il vérifieront et prendront les décisions qui s'imposent. Si c'est nécessaire, les autorités compétentes seront saisies.
Catégories
100 charactères max
Voulez-vous vraiment supprimer ce message ?
Un Verviétois qui avait obligé ses fils à coucher avec leur soeur écope de 8 ansLe tribunal correctionnel de Verviers a condamné vendredi un Verviétois de 47 ans à une peine de huit ans de prison ferme pour attentats à la pudeur et viol sur sa propre fille, âgée aujourd'hui de 14 ans. Les faits ont débuté alors qu'elle était âgée de 5 ans. Il a également obligé ses fils à entretenir des relations sexuelles avec leur soeur.COR 560www.belga.be2012-06-29T16:05:452012-06-29T16:05:45Le tribunal a stigmatisé l'extrême gravité des faits, la sordidité des ceux-ci mais aussi l'amoralité du prévenu "usant ses enfants comme des outils destinés à le satisfaire". Le tribunal a aussi relevé l'absence de prise de conscience du caractère hautement odieux des faits dans le chef du prévenu. Le tribunal a réfuté l'argumentation de la défense concernant une éventuelle cabale de la mère, les contacts avec les enfants étant peu fréquents et ces derniers n'étant nullement influençables. Le tribunal a aussi souligné l'enracinement de la victime pour la région de Verviers et le contexte de dévoilement des faits. Le tribunal a retenu, pour forger sa conviction face aux dénégations du prévenu, les révélations, faites par la victime elle-même en 2003, 2005 ou encore 2009, dénonçant des faits similaires, à chaque fois suivis de rétractations mais aussi les déclarations des enfants, les expertises psychologiques et le rapport du légiste. Le dossier a démarré en juin 2011 lorsque les deux frères de la victime décident de se confier à l'école. Ils expliquent que leur père a entretenu des relations sexuelles avec leur soeur et qu'ils ont dû, eux aussi, faire l'amour avec elle. Ils confirmeront cette version lors de leur audition vidéofilmée, le prévenu niant tout au long de l'instruction de ce dossier tout acte sexuel sur sa fille.