14-7-2012 12:07 | Par BPE, www.belga.be

Le Brésil rejette l'austérité à l'européenne face à la crise

Le Brésil, confronté à un essoufflement de sa croissance, refuse les mesures d'austérité comme en Europe pour faire face à la crise et baissera les impôts tout en maintenant les investissements et les aides aux plus pauvres, a déclaré vendredi la présidente Dilma Rousseff.


La chef de l'État a critiqué à nouveau les mesures d'austérité prises par les Européens comme la réduction des salaires et la hausse des impôts, lors de l'inauguration d'une plate-forme pétrolière dans l'État de Bahia (nord-est). "Le Brésil est sur une autre voie. Notre voie n'est pas celle-ci, n'est pas semblable à la leur. Notre voie est de maintenir les investissements, de faire en sorte que les subventions, les avantages et les gains de ce développement soient distribués", a affirmé Mme Rousseff. Elle a dit que la sixième économie du monde renforcerait les mesures d'encouragement à la relance de la croissance et éviterait que la monnaie brésilienne ne s'apprécie face au dollar au détriment de l'industrie, le secteur le plus touché par la crise. La présidente du Brésil a rappelé la décision mercredi de la Banque centrale de ramener son taux d'intérêt directeur (Selic) à son minimum historique, soit à 8% l'an contre 12,5% il y a moins d'un an. Avec la réduction progressive du taux Selic, les autorités espèrent obtenir une baisse des coûts du crédit pour le consommateur. "Nous poursuivrons cet objectif: la réduction d'impôts et peu à peu nous transformerons la crise en une opportunité" de développement, a dit Mme Rousseff. La Banque centrale brésilienne a revu récemment à la baisse sa prévision de croissance du PIB de 3,5% à 2,5% en 2012. La croissance du Brésil avait déjà fortement reculé en 2011 pour tomber à 2,7% en 2011 contre 7,5% en 2010, en raison de la crise économique mondiale.

Skype
4Commentaires
14-07-2012 12:18
avatar
Comme quoi certains ont compris que plus on appauvrit le peuple plus la crise augmente moins on vent moins on fait des benefices et plus la crise devient grave nous sommes nous Europeens pris dans une spirale devastatrice sans fin jusqu'à la banqueroute totale et la faillite de tous les pays qui ont rejoint cette Euro****s RICHES ET DES Liberaux au liberalisme a outrance Demandons directement de tout remettre a zero et de recommencer sur de nouvelles bases saines et qui en enrichissant les pauvres feront decoller une economie nouvelle ou le peuple pouvant consommer rendra prosperite a notre veille Europe D'ailleurs certains belges émigrent deja vers l'Afrique pour s'enrichir alors qu'ici on est pauperise
14-07-2012 11:29
avatar

bravo au bresil enfin quelqu'un qui aide

 

14-07-2012 11:30
avatar
pas comme ici en europe ou on apauvris le pauvre pour enrichir le riche un jours viendra ou le peuple va vraiment ce revolter
avatar
la crise ? foutaise , vous verez en 2014 au "mondiale" et 2016 au "j o" , ce seras comme d'habitude les plus grands et les plus beaux de l'histoire , et les bresiliens crieronts tous en coeur , bravo
Signaler
Aidez-nous à maintenir la qualité de la communauté en nous signalant tout contenu inapproprié ou illégal. Si vous pensez qu'un commentaire n'est pas conforme au code de conduiteCode de conduiteS'il vous plaît, utilisez ce moyen pour avertir les modérateurs. Il vérifieront et prendront les décisions qui s'imposent. Si c'est nécessaire, les autorités compétentes seront saisies.
Catégories
100 charactères max
Voulez-vous vraiment supprimer ce message ?
Le Brésil rejette l'austérité à l'européenne face à la criseLe Brésil, confronté à un essoufflement de sa croissance, refuse les mesures d'austérité comme en Europe pour faire face à la crise et baissera les impôts tout en maintenant les investissements et les aides aux plus pauvres, a déclaré vendredi la présidente Dilma Rousseff.BPEwww.belga.be2012-07-13T23:07:172012-07-13T23:07:17La chef de l'État a critiqué à nouveau les mesures d'austérité prises par les Européens comme la réduction des salaires et la hausse des impôts, lors de l'inauguration d'une plate-forme pétrolière dans l'État de Bahia (nord-est). "Le Brésil est sur une autre voie. Notre voie n'est pas celle-ci, n'est pas semblable à la leur. Notre voie est de maintenir les investissements, de faire en sorte que les subventions, les avantages et les gains de ce développement soient distribués", a affirmé Mme Rousseff. Elle a dit que la sixième économie du monde renforcerait les mesures d'encouragement à la relance de la croissance et éviterait que la monnaie brésilienne ne s'apprécie face au dollar au détriment de l'industrie, le secteur le plus touché par la crise. La présidente du Brésil a rappelé la décision mercredi de la Banque centrale de ramener son taux d'intérêt directeur (Selic) à son minimum historique, soit à 8% l'an contre 12,5% il y a moins d'un an. Avec la réduction progressive du taux Selic, les autorités espèrent obtenir une baisse des coûts du crédit pour le consommateur. "Nous poursuivrons cet objectif: la réduction d'impôts et peu à peu nous transformerons la crise en une opportunité" de développement, a dit Mme Rousseff. La Banque centrale brésilienne a revu récemment à la baisse sa prévision de croissance du PIB de 3,5% à 2,5% en 2012. La croissance du Brésil avait déjà fortement reculé en 2011 pour tomber à 2,7% en 2011 contre 7,5% en 2010, en raison de la crise économique mondiale.
Les plus belles plages du monde

msn sur facebook

.