eosmagazine.eu (© © Eos Sciences)
04-6-2012 01:00 | Par © Eos Sciences, eosmagazine.eu

Bilan mitigé pour les aires marines protégées

Elles restent des outils utiles de conservation de la biodiversité, mais influencent peu la biomasse.


Bilan mitigé pour les aires marines protégées

Dans le contexte de surexploitation des ressources aquatiques, les aires marines protégées (AMP) restent des outils utiles de conservation de la biodiversité, mais leur bilan est décevant en ce qui concerne la biomasse et les compensations accordées aux populations locales.

C’est ce qu’affirme l’Institut français de Recherche et de Développement (IRD), qui a mené l’enquête dans quatre réserves de taille et d’ancienneté variables, dont deux en Afrique de l’Ouest. Les observations et modélisations effectuées par les chercheurs montrent qu’à l’intérieur de la zone protégée, l’interdiction d’exploitation se traduit par une faible augmentation de la biomasse totale en poissons, avec toutefois une amélioration de la diversité du peuplement, mais la ressource halieutique est renforcée à l’extérieur de l’aire, dans la zone accessible aux pêcheurs.

Ces derniers trouvent là une légère compensation au manque à gagner de la zone protégée, et heureusement, parce que les autres revenus promis, tels que développement du tourisme local, laissent encore à désirer. En outre, souligne l’IRD, la désignation des zones protégées exige actions de surveillance, impliquant du personnel et des moyens navigants, dont les coûts sont supportés par les autorités locales, nationales ou internationales.

L’organisation plaide pour une démarche participative, où les acteurs locaux sont partie prenante des prises de décision et de leur mise en œuvre. Source: IRD

Skype
0Commentaires

plus d'articles

La météo du jour en écran de veille !La météo du jour en écran de veille !

msn sur facebook

.